L’OMS veut éliminer les mauvais gras de nos assiettes pour sauver 10 millions de vies

Piliers de l’industrie agro-alimentaires depuis des décennies, les acides gras trans sont décriés par la communauté scientifique à cause de leurs effets pernicieux sur la santé. Ils sont désormais dans le collimateur de l’Organisation Mondiale de la Santé, qui a annoncé un plan d’action visant à éradiquer les mauvaises graisses et sauver des millions de vies.

Les acides gras trans : un danger qui guette la santé mondiale

Selon l’OMS, un apport trop élevé en acides gras trans pourrait faire augmenter de 28% le risque de décès. Elle estime à 500.000 le nombre de décès annuels causés par les acides gras trans, et l’engouement universel pour la nourriture industrielle et la restauration rapide complique encore les choses. D’ailleurs, les enfants semblent particulièrement vulnérables aux dangers des AGT, tant ils raffolent des aliments industriels. Les chercheurs manquent encore de recul pour cerner tous les effets de ces mauvaises graisses, et leur impact sur la santé reste un sujet qui divise la communauté scientifique. Il est toutefois avéré que la consommation excessive de mauvaises graisses expose à plusieurs risques :

  • Troubles cardiovasculaires (incidents coronariens, infarctus du myocarde…)
  • Maladies du foie
  • Une plus grande résistance à l’insuline, ce qui est un facteur de risque du diabète
  • Risque accru de certains cancers (sein, côlon…)
  • Une mauvaise incidence sur la production des spermatozoïdes
  • Développement d’un état dépressif
  • Poids réduit du nouveau-né

Par ailleurs, comme les acides gras trans d’origine industrielle sont présents dans beaucoup d’aliments raffinés hautement caloriques (pizzas, viennoiseries, aliments frits…), leur surconsommation est souvent le reflet de mauvaises habitudes alimentaires qui prédisposent au surpoids et à l’obésité. De ce fait, une alimentation saine et maîtrisée (avec un apport minime en AGT) serait le premier pas pour réduire voire éliminer la graisse localisée, en plus de préserver la santé du consommateur.

liposuccion Tunisie

L’OMS peut s’inspirer du Danemark pour éradiquer les mauvaises graisses

Le royaume des Vikings est déjà parti en croisade contre les mauvaises graisses. En imposant des restrictions sur les acides gras trans d’origine industrielle, le Danemark a réussi à en baisser la teneur dans les aliments emballés. Résultat ? Le pays scandinave a connu une baisse spectaculaire des décès dus aux maladies cardiovasculaires. Depuis, la ville de New York a emboité le pas aux Danois en bannissant les acides gras trans industriels de ses restaurants… et c’est l’ancien maire de la métropole américaine qui s’en réjouit le plus. « Grâce à ces mesures, on a pu réduire le nombre d’infarctus sans altérer le goût ou le prix des aliments. », se félicite Michael Bloomberg, nommé ambassadeur mondial de l’OMS. Plusieurs pays européens (la Suisse, la Hongrie, l’Islande, l’Autriche…) ont également imposé un seuil d’AGT dans les préparations culinaires.

Si les pays développés peuvent se plier aux exigences de l’OMS, de nouvelles législations restrictives risquent d’être difficilement applicables dans les pays à revenu faible et moyen. Là sera le vrai défi de l’OMS pour contrer ce fléau et préserver la santé des consommateurs.