Une étude montre les avantages économiques des voyages de chirurgie réparatrice dans les pays en développement

Une étude montre les avantages économiques des voyages de chirurgie réparatrice dans les pays en développement

Les voyages pour effectuer des interventions de chirurgie reconstructive dans les pays à revenu faible ou intermédiaire sont très rentables en termes de réduction de l’impact de l’invalidité sur la vie des patients, rapporte un article sur le sujet traité dans le numéro de septembre de Plastic et Reconstructive Surgery®, le journal médical officiel de la société américaine de chirurgie plastique (ASPS).

Les visites de chirurgie plastique dans les PRITI rapportent un retour sur investissement

Les chercheurs ont analysé l’impact économique des voyages chirurgicaux effectués par ReSurge International, une organisation qui cherche à fournir des soins chirurgicaux reconstructifs et à renforcer les capacités chirurgicales dans les pays en développement. De 2014 à 2017, ReSurge a effectué 22 voyages dans huit pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. Le coût moyen était d’environ 25 000 $ par voyage chirurgical.

Au cours de ces voyages, les chirurgiens ont pratiqué des interventions de chirurgie réparatrice chez 756 patients. Environ 60% des patients étaient des enfants âgés de 9 ans ou moins. La procédure la plus courante consistait à réparer une fente labiale / palatine, suivie par le relâchement des contractures de brûlure, la chirurgie des paupières (ptosis) et l’enlèvement des masses de tissus mous. Les chercheurs ont analysé le rapport coût-efficacité de ces procédures, en se concentrant sur le coût nécessaire pour éviter une année de vie en bonne santé perdue, ou “année de vie ajustée sur l’incapacité” (DALY).

En ce qui concerne la réduction de l’invalidité, les avantages de la chirurgie étaient les plus importants pour les patients atteints d’un cancer, suivis des problèmes de fente labiale / palatine et des mains. En moyenne, le nombre de DALY évitées était d’environ deux par voyage; le rapport coût-efficacité variait entre 52 et 11 410 dollars par DALY économisée.

Selon les critères de l’Organisation mondiale de la santé, 21 des 22 voyages ont été classés comme étant rentables ou très rentables. L’exception était un voyage “d’éducateur” effectué principalement pour enseigner aux chirurgiens locaux, où seules deux procédures étaient effectuées. (Bien que l’éducation des médecins locaux soit un élément important des efforts de santé mondiaux durables, l’étude coût-efficacité n’en a pas tenu compte.)

“Nous avons constaté que les voyages traitant des conditions chirurgicales plus complexes et invalidantes étaient plus rentables que ceux traitant des conditions moins complexes”, écrivent le Dr Chung et ses co-auteurs. Sur l’analyse coûts-avantages, les voyages ont permis d’éviter 1 720 DALY. L’avantage économique total s’est élevé à environ 9,8 millions de dollars, soit 13 000 dollars par patient – “un retour sur investissement substantiel”.

Le manque d’accès aux soins chirurgicaux est une cause majeure de perte de vie et d’invalidité dans les PRFM. Des organisations telles que ReSurge cherchent à résoudre ce problème par des interventions chirurgicales, en effectuant un grand nombre d’interventions chirurgicales spécialisées sur une courte période.

Cette nouvelle étude est l’une des premières à analyser le rapport coût-efficacité des voyages pour effectuer des interventions chirurgicales spécialisées telles que la chirurgie reconstructive. “Etant donné que les PRFI sont des pays à ressources limitées, les décisions relatives à l’allocation des ressources et à la priorisation des interventions chirurgicales sont nécessaires pour la durabilité de la chirurgie globale”, écrivent les chercheurs.

Les résultats confirment le rapport coût-efficacité des voyages de chirurgie reconstructive dans les PRFV, en particulier lorsqu’un grand nombre d’interventions sont effectuées chez des patients présentant des conditions chirurgicales complexes. “À l’avenir, d’autres organisations de sensibilisation en chirurgie plastique doivent mettre en œuvre une politique visant à réduire autant que possible l’invalidité liée aux voyages chirurgicaux”, ont conclu le Dr Chung et ses collègues. “Les analyses économiques aideront à fournir aux décideurs les informations nécessaires pour élaborer une stratégie efficace visant à réduire les coûts et à améliorer les résultats des interventions réalisées dans les PRFI.