fbpx

Toutes les techniques de la chirurgie d’aspiration de la graisse!

Toutes les techniques de la chirurgie d’aspiration de la graisse!

liposuccion

La liposculpture 3D et 4HD, également connue au public sous le nom de liposuccion, est une intervention hautement spécialisée qui permet d’éliminer les excès de graisse localisés afin d’obtenir un corps plus mince et plus harmonieux.

Pour obtenir les meilleurs résultats d’une opération de liposculpture, le poids doit être en rapport avec la taille avec un excès de graisse dans des zones spécifiques telles que les hanches, les fesses et l’abdomen. La liposuccion est également une excellente solution pour éliminer les dépôts de graisse du dos, des jambes, des bras, du visage et du cou.

La liposuccion n’est pas une alternative à l’exercice physique et au régime alimentaire. C’est une forme de remodelage corporel qui comporte des risques et qui n’est pas un système à utiliser pour perdre du poids. La quantité de graisse retirée varie selon le médecin, la méthode et le patient, mais elle est normalement inférieure à 5 kilogrammes.

Le fait d’enlever trop de graisse a des aspects négatifs. Chez les patients qui ont subi un épuisement excessif, la peau peut présenter des “bosses et/ou des ecchymoses”. Plus on enlève de la graisse, plus le risque chirurgical est élevé. Les rapports des personnes qui ont retiré 22,7 kg de graisse sont exagérés, cependant, le remodelage possible avec la liposuccion donne l’impression d’avoir perdu plus de poids que la graisse retirée.

L’opération peut être pratiquée sous anesthésie générale ou locale (“tumescente”). La sécurité de cette opération repose non seulement sur la quantité de tissus prélevés, mais aussi sur le choix de l’anesthésie et l’état de santé général du patient.

Quand est-ce que la lipostructure est recommandée ?

Dans le cas d’un excès de graisse sous-cutanée résistant aux régimes ou à l’exercice physique. Au cas où vous voudriez changer la silhouette de votre corps. Les zones concernées sont généralement les bras, les seins (surtout chez l’homme en cas de gynécomastie), le dos, l’abdomen, les hanches, les fesses, les cuisses et la partie intérieure des genoux et des chevilles. La liposculpture peut également être utile aux personnes obèses, en association avec une thérapie diététique.

La lipostrucutre permet d’éliminer les protubérances désagréables en supprimant les excès de graisse localisés

Les accumulations de tissu adipeux dans les zones protégées sont éliminées par de courtes incisions positionnées dans des zones distinctes.

Un long tube creux, appelé canule, avec une ouverture sur un côté, est introduit par une petite incision. De l’autre côté du tube, un outil à pression sous vide aspire la graisse : parfois, l’énergie ultrasonique peut être utilisée pour liquéfier la graisse avant de l’enlever.

Après l’opération, le contour du corps paraîtra plus lisse et plus mince.

Quelles sont les différentes méthodes de liposuccion ?

En général, la graisse est retirée par une canule (un tube perforé) et un aspirateur (instrument de succion). La plupart de ces opérations sont effectuées à l’aide de canules “réutilisables”.

La même canule réutilisable est utilisée pendant plusieurs années sur des dizaines, voire des centaines de patients différents. La canule réutilisable est nettoyée et stérilisée par votre médecin ou son personnel avant chaque utilisation. Des canules “jetables” sont également disponibles pour ces opérations.

Ces instruments sont fournis au médecin dans un emballage scellé et stérilisé. Ils doivent être utilisés sur un seul patient et pour une seule opération, puis jetés. Les canules jetables sont jetées comme tous les autres instruments médicaux jetables tels que les aiguilles et les seringues. Les opérations de liposuccion sont ensuite divisées en catégories, selon la quantité de liquide injectée et selon le mode de fonctionnement de la canule.

Vibroliposculpture

C’est une méthode qui n’utilise pas une simple canule de liposuccion, mais une canule spéciale d’un diamètre variant de 2 à 4 millimètres, selon la zone à traiter, qui vibre et oscille, effectuant une rotation autour de son propre axe, avec la capacité de dissoudre la graisse qui doit être aspirée, sans la casser.

Grâce à la taille minuscule de la canule, la coupe qui est faite sous la peau pour l’insérer est minimale ; le tissu adipeux est sculpté avec une précision de six millimètres. Les risques sont minimisés : si elle rencontre un obstacle plus dense que la graisse, la machine s’arrête automatiquement. (En cas d’utilisation avec un mouvement régulier, il est presque impossible de faire des “trous”). Il est possible de travailler à proximité des trous d’entrée sans perdre en efficacité.

Même le travail en surface permet de rendre le lambeau de peau lisse et homogène, ce qui est plus facile et plus rapide. La douleur pour le patient est moindre (et donc moins de sédation est suffisante), la guérison est plus rapide avec la réduction des liquides et le gonflement post-opératoire. Si l’opération porte sur des zones limitées (uniquement l’abdomen ou les genoux, la face interne des cuisses, la culotte de cheval ou les “poignées d’amour” des hommes), une anesthésie locale est suffisante. Le patient reste éveillé pendant l’opération et peut rentrer chez lui.

Liposuccion sèche

Le système sec n’implique pas l’injection de liquide. Aujourd’hui, ce système est rarement utilisé.

Liposuccion humide

Une petite quantité de liquide est injectée dans la zone, inférieure à la quantité de graisse à retirer. Le liquide contient :

  • Lidocaïne : comme anesthésique local
  • L’épinéphrine : pour contracter les vaisseaux sanguins et minimiser les saignements
  • Une solution saline : pour la rendre saline, comme les fluides corporels. Ce liquide aide à dissoudre les cellules adipeuses et à réduire les contusions. Les cellules graisseuses sont ensuite aspirées comme dans l’opération de base.

Liposuccion super humide

Avec ce système, la quantité de liquide est à peu près la même que le volume de graisse à éliminer. C’est le système préféré de nombreux chirurgiens plastiques pour les opérations de liposuccion de grand volume, car il permet de mieux équilibrer l’hémostase et la surcharge potentielle en fluides (comme avec la technique tumescente). L’opération dure de 1 à trois heures, selon la taille de la ou des zones traitées :

  • Sédation avec de la lidocaïne locale
  • Anesthésie complète

Liposuccion Tumescente

La liposuccion tumescente est le précurseur de la liposuccion humide. Le chirurgien injecte une grande quantité de solution diluée contenant un anesthésique local et un vasoconstricteur (souvent respectivement de la lidocaïne et de l’épinéphrine) directement dans la graisse sous-cutanée qui doit être enlevée, avec un volume d’environ trois parties de liquide par partie de tissu. Cette technique élimine la nécessité d’une anesthésie générale, de produits sanguins et de fluides intraveineux.

La grande quantité de liquide crée un espace entre le muscle et le tissu adipeux avec plus de champ pour la canule. Cette opération est plus longue que d’autres techniques équivalentes mais peut donner des résultats plus doux. Malgré le volume total important d’anesthésique injecté dans les tissus, l’absorption par l’organisme est répartie dans les 24 à 36 heures en raison des vasoconstricteurs utilisés. Cette procédure a été développée en 1985.

Liposuccion au laser

La liposuccion au laser, qui utilise l’énergie thermique pour atteindre la lipolyse, nécessite l’utilisation d’instruments alimentés par l’Erchonia.

Procédure de liposuccion

La liposuccion avec aspiration (SAL) est l’opération standard de liposuccion. Avec ce système, une petite canule (comme une paille) est insérée par une petite incision. Celui-ci est relié à un instrument à vide.

Le chirurgien le déplace avec précaution d’avant en arrière à travers la couche de graisse, brisant les cellules graisseuses et les aspirant hors du corps. La Liposuccion ultrasonique (UAL) utilise une canule spéciale qui transmet des vibrations ultrasoniques à l’intérieur du corps. Cette vibration fend les parois des cellules adipeuses, émulsifie la graisse (c’est-à-dire la dissout) et facilite l’aspiration.

L’ultrasonique est le bon choix pour cibler plusieurs zones fibreuses, comme le haut du dos ou la région de la poitrine chez l’homme.

L’opération est plus longue que la liposuccion normale, mais pas plus longue que la liposuccion tumescente. Il en résulte une diminution des pertes de sang.

Jusqu’à présent, il semble qu’elle comporte des risques supplémentaires de formation de sérum (Seromas) (sacs de liquide) qui doivent être drainés à l’aide d’une aiguille.

Après une liposuccion par ultrasons, il est nécessaire d’effectuer une liposuccion avec aspiration pour retirer la graisse détachée. Liposuccion automatisée (PAL) utilise une canule spéciale à mouvement automatisé, afin que le chirurgien n’ait pas à faire autant de mouvements manuels.

Sinon, elle est similaire à l’UAL traditionnelle. La liposuccion avec double canule (assistée) utilise une paire spéciale de canule tube-dans-tube de sorte que la canule d’aspiration de la graisse, la canule interne à mouvement alternatif automatique, ne frappe pas les tissus du patient ou les membres du chirurgien à chaque fois qu’elle avance.

Cela rend l’opération plus “légère”, tant pour le patient que pour le chirurgien. Elle permet de réduire les saignements et les ecchymoses, d’accélérer la guérison et de diminuer les pertes de sang. La canule d’aspiration interne alterne ses mouvements dans la canule externe rainurée pour simuler l’action du chirurgien jusqu’à 5 cm, au lieu des seules vibrations de 1 à 2 mm des autres instruments automatisés, et allège ainsi l’opération.

La liposuccion de surface ou sous la peau est facilitée par l’effet d’espace de la canule externe et le fait que les canules ne chauffent pas, ce qui élimine également le risque de brûlures. La liposuccion externe par ultrasons (XUAL ou EUAL) XUAL est un type de LLA où l’énergie ultrasonique est appliquée de l’extérieur du corps, à travers la peau, rendant inutile l’utilisation de la canule spéciale LLA.

Cette opération a été développée parce que les chirurgiens ont découvert que dans certains cas, l’opération UAL provoquait une nécrose de la peau (peau morte) et des “séromes” qui sont des poches de liquide jaunâtre provenant du corps, semblables aux hématomes (sacs de globules rouges). XUAL est un moyen d’éviter ces complications en appliquant des ultrasons en externe. Il a également le potentiel de :

  • Causer moins de gêne au patient, tant pendant l’opération qu’après.
  • Réduire les pertes de sang
  • Permettre un meilleur accès à travers le tissu de la plaie
  • Couvrir des zones plus vastes

Toutefois, pour l’instant, il n’est pas largement utilisé et des études sur son efficacité sont encore en cours. La liposuccion à l’eau (WAL) utilise un mince faisceau d’eau en forme d’éventail, qui dissout la structure du tissu adipeux, de sorte qu’il peut être enlevé avec une canule spéciale.

Pendant la liposuccion, de l’eau est ajoutée en continu et aspirée presque immédiatement par la même canule. La LAM nécessite moins de solution injectée et provoque moins d’œdème à cause du liquide tumescent. L’avantage de cette technologie est encore à l’étude et elle n’est pas encore largement utilisée.